dimanche 25 octobre 2009

La fille mal mariée


Ce recueil de chanson trouvé sur un marché aux puces dans la campagne flamande contient une vingtaine de chansons, en français et en flamand. Il est daté sur deux pages : 1856 et 1858. Il a appartenu à plusieurs personnes, les dernières que je peux identifier sont Gabrielle et Antoinette Duflot, dont les noms sont marqués sur plusieurs pages. Un dessin d’écolière trouvé en même temps que le carnet, aussi marqué Antoinette Duflot, localisé à West Cappel, m’a permis de retrouver la trace de cette famille.

Gabrielle Cornélie Elisabeth est née le 16 novembre 1893 et Antoinette Marie Cornélie le 11 mai 1898, à West-Cappel. Elles sont les filles d’Albert Arthur Alphonse Duflot et Stéphanie Louise Euphrasie Moffelein. Sa mère ne peut pas être la première propriétaire puisqu’elle est née en 1869. Peut-être provient-il de sa grand-mère paternelle, Marie Elisabeth Clémence Arnout ou de sa grand-mère maternelle Célestine Clémence Valentine Degroote, née en 1834 à Bissezeele ? nous ne le saurons jamais. La seule certitude est que ce carnet a été rédigé pendant qu’Edmond de Coussemacker faisait son collectage et il prouve qu’à cette époque, dans la Flandre profonde, on ne chantait pas qu’en flamand.
Il y a dans ce carnet une chanson sur le thème connu de la mal mariée que l’on retrouve également dans le recueil de chanson de A. Durieux et A. Bruyelle Chants et chansons populaires du Cambrésis, premier tome publié en 1864, page 63. Elle porte le titre :

La fille mal mariée

1er couplet
Mon pèr’ m’a mariée
A l’âge de quinze ans,
Il m’a donné un homme
De quatre-vingt-dix ans ;

Dans le livre onze vers ont été censurés, remplacés par des petits points, mais on retrouve le texte manquant sur des pages volantes, incluses dans l’édition originale avec cette mention liminaire : « Nous avons rassemblé ici, comme complément bibliographique, sous une pagination particulière, afin qu’on puisse en opérer la suppression ad libitum, tout ce que nous avions dû retrancher, mots, vers ou couplets, dans le cours de notre travail »

Et moi pauvre fillette
Comment passer mon temps !

2e couplet
Le premier jour des noces
Avec lui me coucha :
Il tourna ses épaules
Commença à dormir ;
Et moi pauvre fillette
Comment passer la nuit !

3e couplet
Le lendemain matin
Chez mon pèr’ m’en vas :
Bonjour, bonjour mon père.
- Bonjour vous soit donné
- M’avez donné un homme
Qui ne fait rien du tout

4e couplet
- Va ma fill’ prends patience,
C’est un riche marchand ;
On dit qu’il est malade,
Je crois qu’il en mourra :
Tu seras héritière
De tout ce qu’il aura

5e couplet
- Au diable la richesse,
Quand l’amour n’y est pas.
J’aimerais mieux un homme
A mon contentement,
Que toute la richesse
De ce riche marchand.

6e couplet
Et quand je serai morte
Ne me faudra plus rien
D’autre qu’un’ chemis’ propre
Un grand drap pardessus,
- Voilà la belle morte
Que l’on n’en parle plus !

Voici la musique donnée par Durieux et Bruyelle



Et la chanson écrite dans le carnet à la page 17 et 18

cliquez sur les photos pour les agrandir



J’ajoute la table des matières, le carnet complet est ici.

cliquez sur les photos pour les agrandir