mercredi 21 décembre 2016

300 000

Plus de 300.000 pages visitées depuis la création de ce blog en août 2009



Les visites se sont amplifiées ces derniers jours pour une raison qui m'échappe et ont atteint, et sans doute dépassé, le record de + 9.500 pages visitées depuis un mois.



un record "historique" le 21 décembre



ce mois de décembre 2016 a été celui du record de pages visitées




jeudi 15 décembre 2016

Paris-Nord

PARIS-NORD, Attractions pour noces et banquets - 1988



Textes de Constant MalvaJules Mousseron (Cafougnette) et Léopold Simons

Mise en scène : Jacques Bonnaffé, Catherine Jacob

Vingt ans avant « Bienvenue chez les ch’tis » et Dany Boon, Jacques Bonnaffé avait mis en valeur la culture régionale et les accents régionaux en présentant les auteurs patoisants sur scène à Paris et dans sa région. Ce spectacle a été enregistré à Dunkerque, au musée d’Art Contemporain, et retransmis par la radio locale FR3/Fréquence Nord.


01-Par ici, messieurs dames
02-Cafougnette : le vantard
03-Les supporters
04-Le mariage
05-Au fond
06-Cafougnette et le champagne
07-Les carottes sont cuites (Simons)
08-Le loto
09-Cafougnette : la récolte miraculeuse
10-Le panier d'prônes
11-Ça a été messieurs dames ?

Téléchargez ici
128 téléchargements

Cafougnette : Le vantard (extrait)





vendredi 25 novembre 2016

Patrimoine minier à Oignies - l'héritage musical

Vendredi 2 décembre 2016 à 19h au bar du Métaphone®



La musique sera une nouvelle fois mise à l’honneur !
Après Fives et Hellemes, nous vous invitons à partager un verre et un moment d’échanges autour d’une pratique majeure dans le bassin minier et plus particulièrement à Oignies aujourd’hui : la musique.
Les intervenants de la rencontre, universitaires, musiciens, acteurs culturels locaux… vous présenterons leurs souvenirs et leurs connaissances sur l’importance de la musique sur ce territoire marqué par l’activité minière. La rencontre permettra également de présenter le projet global du site du 9-9-bis – Le Métaphone ® résolument orienté vers la pratique musicale actuelle.
Rendez-vous au bar du Métaphone® pour partager avec nous vos histoires et en découvrir d’avantage sur ce sujet.
La rencontre est organisée en partenariat avec le Pôle Patrimoine du 9-9Bis





vendredi 18 novembre 2016

Mise au point à propos de l’épinette Robert Rongier


Sur une page du site Mémoire du folk en Nord Pas de Calais, Jean-Jacques Révillion consacre un petit article à l’épinette fabriquée par Robert Rongier, celle que j’ai utilisée pour enregistrer l’album Spécial Instrumental ­– L’épinette des Vosges. Il écrit à la fin : « On peut donc en conclure que le disque qui fait référence pour le renouveau de l’épinette en France a été réalisé que ce soit pour l’iconographie que pour le contenu musical avec une épinette du Nord… ». J’apprécie l’humour, mais je ne partage pas cette opinion.

Jean-Jacques Révillion s’appuie sur le fait que l’épinette qui a servi de modèle à Robert Rongier est un modèle Coupleux à double caisse – ce qui est exact, mais nécessite une mise au point. Tout d’abord, à la date de parution de cet album (en 1972), la tradition de l’épinette du Nord est quasiment inconnue. Je sais qu’elle a existé par un témoignage écrit de la grand-mère de Bernadette Mona (lettre du 6 mars 1972 dont un extrait figure à la page 117 de L’Épinette du Nord, Association Traces, Centre socio éducatif, Hazebrouck, 1997), mais je n’ai pas connaissance de sa persistance ni des éléments de cette tradition. En 1971, j’achète à Alain Vian, marchand d’instruments anciens à Paris et expert agréé, une petite épinette munie d’une double caisse qu’il me présente comme une épinette des Vosges. À l’époque, je n’ai pas de raison de mettre en doute son avis – ceci d’autant plus qu’un instrument quasiment identique figure en photo page 13 dans l’ouvrage de Jean Ritchie, The Dulcimer Book. Là-aussi, l’instrument est qualifié d’épinette des Vosges. Aujourd’hui, nous savons grâce aux recherches des membres de l’association Traces que nous sommes en présence d’une erreur d’attribution : il s’agit bien d’un instrument originaire du Nord fabriqué par la maison Coupleux.

épinette Coupleux de la collection de Jean François Dutertre
photo Dominique Lemaire


Ces faits étant établis, il est nécessaire de revenir sur la genèse et la structure de l’épinette de Robert Rongier. Quand on l’observe attentivement, on remarque que, si la double caisse (le résonateur) est bien copiée sur l’épinette Coupleux, la caisse principale en diffère en de nombreux points. La forme de la tête n’est pas la même ; de plus elle est munie de mécaniques de banjo (à la place des mécaniques de mandoline utilisées par les épinettes des Vosges), et non de clés en fer. Elle possède cinq cordes comme la majorité des épinettes des Vosges. Le frettage reprend celui des Vosges, augmenté d’un demi-ton placé à un autre endroit que celui de l’épinette Coupleux. La double caisse de l’épinette Coupleux est plus longue que la caisse principale, ce qui n’est pas le cas de l’épinette Rongier. Enfin, la taille est radicalement différente : l’épinette Coupleux fait au total 65, 5 cm de long, l’épinette Rongier 83 cm.




épinette faite par Robert Rongier
photos Dominique Lemaire


La raison de toutes ces différences réside dans les consignes que j’avais données à Robert Rongier, notamment dans le fait que, pour la caisse principale, il devait prendre modèle sur les grandes épinettes de Gérardmer. J’avais été séduit par la forme élégante de la double caisse de l’épinette Coupleux, et surtout cela me permettait de résoudre le problème délicat de l’équilibre de l’instrument. Avec l’ajout de la double caisse, plus besoin de support, il devenait possible de jouer sur les genoux comme le dulcimer. Mais je lui avais demandé de réaliser l’instrument en agrandissant aux alentours des 7/5 l’épinette Coupleux. Là-aussi, la raison est musicale. Les petites épinettes sont, la plupart du temps, accordées avec les chanterelles donnant un sol à vide, les bourdons majoritairement accordés sol-mi-do. Les mélodies sont donc jouées en tonalité de do majeur. Cette tonalité n’était pas pratique pour le mariage avec d’autres instruments (joués dans le style « folk » de l’époque) ou la voix. Dès le début des premières reconstructions d’épinettes des Vosges dans le « mouvement folk, » nous avions choisi les grands modèles type Gérardmer permettant un accord dans la tonalité passe-partout de sol majeur, augmentée de tous les accords modaux inspirés de ceux du dulcimer. Pour finir, j’avais aussi demandé à Robert Rongier de munir l’épinette d’un large frettage permettant de dédoubler les chanterelles pour réaliser des accords et jouer en arpèges.

Robert Rongier

Pour toutes les raisons que je viens d’énumérer, ma position est de considérer que l’épinette conçue sur ma demande et mes instructions par Robert Rongier est un hybride entre la tradition du Nord et celle des Hautes-Vosges. Ce nouveau modèle connut un succès immédiat. Robert Rongier reçut des commandes de nombreux musiciens et groupes parmi les plus connus à l’époque, comme La Bamboche, Malicorne, Le Grand Rouge, Dominique Maroutian, Emmanuelle Parrenin…

D’autres luthiers reprirent le modèle. Parmi ces derniers Pierre Kerhervé, à qui Michel Colleu demanda une touche chromatique, à la place de l’habituelle touche diatonique, selon le modèle du citera hongrois (une touche diatonique avec au-dessus une touche avec seulement les demi-tons chromatiques). Mais il se trompa en poursuivant les tons diatoniques dans la touche chromatique. Il obtint ainsi un modèle inédit de frettage dont les joueurs exploitèrent aussitôt les nouvelles possibilités qu’il offrait. Finalement un nouveau modèle d’épinette chromatique à double caisse s’est imposé parmi de nombreux luthiers et joueurs (aussi bien des Vosges que du Nord ou de Belgique, par exemple), reprenant les innovations de Robert Rongier et celle de Pierre Kerhervé. C’est ce modèle qu’un luthier comme Christophe Toussaint a nommé « épinette artésienne ». On comprend après avoir lu ce que je viens d’écrire que je ne suis pas d’accord avec cette appellation. Ceci d’autant plus que le dépouillement de l’enquête menée en 1957 par les ATP, enfin rendues possibles, croisé avec ma propre enquête, permet de mettre en lumière l’existence d’une tradition d’épinette chromatique aux alentours de Gérardmer…




épinette chromatique faite par Rémi Dubois
photo Jean François Dutertre, pour son prochain album…

dimanche 30 octobre 2016

Marcel Dambrine, chansonnier, 1887-1962

mises à jour 15 août 2016, le 30 octobre 2016

A priori rien ne destinait ce chansonnier à se retrouver  sur ce blog, sauf que, quelques fois, quand on cherche on trouve ce qu'on ne cherchait pas.

Marcel Dambrine
collection personnelle

Marcel Dambrine est référencé sur la toile pour l'une de ses chansons, la Marche des Croix de Feu, ce n'est pas la meilleure, il en a écrit bien d'autres qui n'ont pas laissé beaucoup de traces.


Alfred Dambrine, dans la revue Paris qui chante, en 1904
collection perssonnelle


Il est né le 29 mars 1887 à Saint Germain en Laye. Il est le fils d'Alfred Lucien, artiste lyrique et dramatique qui se produit dans les théâtres de France avec son épouse Emilie Malard. Emilie est une enfant de la balle, elle est la fille d'Emile Adolphe, comédien reconnu, 1er accessit du Conservatoire de Paris en 1860 et qui, d'après Henry Lyonnet, dans son dictionnaire des Comédiens, "donnait les plus belles espérances au sortir du Conservatoire où on l'opposait à Coquelin aîné", son épouse, Virginie Malardhié est aussi artiste dramatique. Marcel n'a pas connu sa grand-mère maternelle, elle est décédée depuis six ans quand il est né. Son grand-père paternel, Aimé Zéphire Dambrine, négociant en vins et conseiller municipal de Saint Germain en Laye, est originaire du Pas de Calais, de Gouy en Artois précisément, où il est né en 1836.




Le fantaisiste, chanteur, comédien, imitateur, transformiste, magicien, ventriloque, etc. 
Marc-Brynn'
collection personnelle

Fils d'artiste, petit-fils d'artiste, Marcel suit la ligne familiale et quand il s'engage en 1914, il a sans doute déjà un passé d'artiste bien fourni. Dans les tranchées du Pas de Calais, il écrit et compose des chansons patriotiques, le Père Laguerre, Les Vieux Poilus, etc. et se surnomme Le Poilu-Chansonnier sur les petits formats qu'ils propose à la vente, 1 franc, ou 2 fr. 50 le grand format. En 1915 il est blessé à Neuville Saint Vaast, ce qui lui sauve peut-être la vie, étant mutilé il échappe désormais aux combats.
Son premier mariage en 1911, à Marseille avec Henriette Blanquet, ne résiste pas à la guerre. Il se remarie à Enghien les Bains en 1918 avec Germaine Blanchard, le couple divorce en décembre 1929.
Au début des années 1920, à Vichy, il dirige le Ciné-Théâtre Dambrine situé 8 rue Jean Jaurès, dans l'Hostellerie du Bon Vieux Temps, et dont la devise était Voyez chaque spectacle avant de voir le nôtre. Car après l'avoir vu… vous n'en voudrez plus d'autres…

On le retrouve à Toulouse à la fin des années vingt où il crée le cabaret, Les Oies du Capitole, avec une jeune chanteuse, Micheline Hetty (alias Jeanne Henriette Michel) qui deviendra son épouse en février 1931. Micheline est aussi une artiste, soprano de l'opéra-comique et 1er prix du Conservatoire de Toulouse. Peu après leur mariage le couple quitte Toulouse pour Lille. En 1932 Marcel est co-auteur, avec Léopold Simons, de la revue Radio P.T.T. Nord, transmise depuis l'hippodrome lillois, au cours d'une émission publique organisée à l'occasion de l'inscription du 15.000e membre de l'Association de Radiophonie du Nord. Au programme de la première partie on retrouve les vedettes locales : l'accordéoniste V. Marceau, le fantaisiste Bertal et Line Dariel, suivis d'une opérette-féérie-prologue en un acte, Muguette ou la Dernière des Fées, de et par Marcel Dambrine et son épouse. La deuxième partie est consacrée à la Revue, signée de Pierre Manaut, Léopold Simons et Marcel Dambrine. Durant son séjour lillois il a l'occasion d'écrire d'autres œuvres, comme cette Chanson officieuse de la corporation des agents de change de Lille qui cite une trentaine de ses membres ! A Lille Marcel exerce la profession de directeur artistique d'une agence de spectacle située 24 rue Neuve.



Marcel Dambrine et Micheline Hetty
collection personnelle

Dans les années 1930, Marcel Dambrine participe à de nombreuses tournées dans les colonies françaises. En novembre 1936 il est à Madagascar, il se produit à Antsira, Ambositra, Fianarantsioa, Mananjary, Ambohimahosoa, Tananarice, Moramaga, Tamatave, Diégo-Suarez, Majunga, Morovoay et Maevatanana. De 1939 à 1942 il est en Indochine, à Saigon, Hué puis Hanoi où il est professeur aux l'Ecoles Normales. Ensuite il s'établit à Chi-Hoa où il exploite une ferme, rue de l'église. Fait prisonnier par l'armée japonaise, il est interné dans un camp de concentration. Rapatrié sur le  cuirassé Richelieu, il est hébergé à Alger jusqu'en 1946. Il s'installe ensuite à Oujda (Maroc) où il prépare ses tournées de Théâtre de Marionnettes.

source : Leonore


De 1947 à 1955 il est domicilié à Saïdia du Kiss au Maroc, vivant en concubinage avec Germaine Poyen, parisienne née en 1912. Il y dirige "le premier Casino du Maroc… quand on vient d'Algérie". Pendant son séjour au Maroc il est fait chevalier de la Légion d'Honneur. En 1955 il doit s'enfuir du Maroc. En 1958 il est domicilié à Paris 151 rue de Belleville, puis on le retrouve à Gouy en Artois, berceau de sa famille, à la fin de la même année. Il meurt en 1962 à Ravières (Yonne).

Christian Declerck

*****

Catalogue des œuvres de Marcel Dambrine :

- Ah ! qu'est-ce que t'attends ?, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Amour, amour ! quand tu nous tiens, paroles de M. Dambrine, musique de Saint-Servan
- L'attaque de nuit, poème
- Ça c'est l'amour ! chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- C'est en chantant, paroles de M. Dambrine, musique de Saint-Servan
- C'est si doux d'aimer, valse chantée, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Darcaigne
- Chanson officieuse de la corporation des agents de change de Lille, air : Les Gars de la Marine
- Chant du 160e d'infanterie, paroles et musique de M. Dambrine
- Les croix de feu, chanson marche officielle de l'association des décorés au péril de leur vie, paroles et musique de M. Dambrine
- Daisy, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Le Déserteur, monologue
- Dolly, chanson dramatique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Le dragon, chant patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Darcaigne
- En convalo, opérette en un acte, livret de Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Frisson de bambou, idylle Anamite, paroles et musique de M. Dambrine
- Hé… Enfin !, chanson, paroles et musique de M. Dambrine
- Henriette, chansonnette comique, simple historiette d'amour et de guerre, composée, écrite et chantée dans les tranchées de première ligne de Notre-Dame de Lorette, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Jack, blue jacket, chanson des matelots anglais, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Les J. P. P., souvenir d'Artois 1915, composé dans les tranchées, paroles et musique de M. Dambrine
- Kultur !!!, comédie dramatique en un acte, livret de Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- La lettre, diction patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Maimaine, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Maria, chansonette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- M. le Curé… marraine !, comédie en un acte de M. Dambrine
- Mon cœur est plein d'humour, saynète
- Mon jardin secret, extrait de l'opérette Muguette ou la dernière des fées, paroles musique de M. Dambrine
- N'y comptez pas, chanson patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Notre casque, écrit à l'hôpital février 1917
- Nous tiendrons jusqu'au bout !, chant patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Les pauv's auxis, chansonnette sociale, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Darcaigne
- Père Laguerre, paroles musique de M. Dambrine
- Le Père Mathieu à Paris, monologue comique paysan
- Poème des culs-terreux, saynète, extrait de la comédie vaudeville en un acte Madru millionnaire de M. Dambrine
- Première vision, assaut de la Chapelle Notre-Dame de Lorette le 3 novembre 1914
- La route blanche, bois de Bouvignies près de Lens, novembre 1914, paroles de M. Dambrine, musique de Saint-Servan
- Tommy, chansonnette comique anglaise, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Les trois matelots, légende (presque) bretonne, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Louis Bas
- Une infirmière, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Le vieux marchand de chansons, scène dramatique, monologue
- Les vieux poilus, chant du 360e d'infanterie, paroles et musique de M. Dambrine
- Yvonnec, chanson bretonne, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan




lundi 15 août 2016

Steenvoorde, années 1970

Antoine Quaghebeur a diffusé sur sa page FaceBook un montage vidéo de photos prisent  au bistrot St Sébastien à Steenvoorde, aux temps héroïques, vers 1974/1976.


Kristien Dehollander, Alfred Den Ouden et Louis Spagna
© A. Quaghebeur


"Quelques chansons traditionnelles (ou pas) chantées en flamand (van Boeschèpe !) par ma Maman Marieke. Elle raconte au début comment se passaient les soirs de dimanche dans l'estaminet au Steen Acker. Des photos prises lors de reportages dans les années 1970. Je faisais tout en lumière naturelle (sans flash) avec la fameuse tri X poussée à 1600 ASA."

 

On aperçoit Jean Paul Dozier, Yves Havet, Régis Demol, Jean Paul Sepietier, Maurice Debruyne, Jean Pierre Ridez,
et les groupes :
De Sprinkhanders : Michel Loosen et Régis Swynghedauw
Den Drueghen Heinrinck : Roger Van Poucke, Chantal Verdonck, Luk Maegerman, Leo Camerlynck, Bruno Verdonck, Bère Geubels






mercredi 10 août 2016

Carrettes à quiens




Vous connaissez, du moins je l'espère, l'excellent site de nos amis artésiens du groupe Coeremieu qui mènent depuis plusieurs années des recherches fouillées sur les traditions régionales.
Cette fois ils ont déniché un texte peu connu (publié par la revue Gauhéria en 2007) du folkloriste patoisant Marius Lateur, dans le fonds Célestine Leroy conservé aux Archives Départementales du Pas de Calais, qui a été le point de départ d'une étude sur ce moyen de locomotion disparu. Ils ont mis en musique la chanson de M. Lateur en respectant le style de l'époque, je vous la recommande.
La page est ici




Marius Lateur

mardi 2 août 2016

Gloria ! chansons dédiées aux boches



Collection personnelle


Il n'est pas nécessaire de présenter Jules Watteeuw, on peut trouver sur le net de nombreuses pages qui le décrivent. Le chansonnier tourquennois a survécu à trois guerres, mais, comme disait Georges Brassens, celle qu'il préfère c'est celle de 14-18. Du moins je le suppose car il en a fait un livre : Gloria !, chansons et pasquilles dédiées aux boches, publié à compte d'auteur en 1923.
J'en ai extrait les chansons, plusieurs sont en patois.

- Les Déclarations
- Le Commandant
- Les Cochons gris
- L'Risse et l'pain caca, sur l'air du Coulonneux de J. Watteeuw
- Les Quate fers in l'air
- Aux Civils je n'fais pas la Guerre
- Azor, sur l'air de Djustin de J. Watteeuw
- L'Ravillaillement
- Comme ci, comme ça, sur l'air du Tra
- Pauv' petits lapins !, sur l'air de Jules Marin de J. Watteeuw
- Un Officier a dit dans une maison…, sur l'air du Tra
- Le Broutteux chante encore, sur l'air Et, non, non, non, Saint-Louis n'est pas mort






dimanche 10 juillet 2016

Hommage à Edmond de Coussemaker, 2003




Le 16 mai 2003, Patrice Heuguebart, alors directeur du Centre Socio-Culturel d'Hazebrouck, avait organisé une soirée cabaret en hommage à Edmond de Coussemaker. Il avait invité plusieurs groupes à interpréter les chants collectés par l'illustre Bailleulois. Des groupes constitué ou reconstitué, voire formé pour l'occasion, et un chanteur soliste, Jean Jacques Révillion qui m'a proposé de mettre en ligne l'enregistrement de cette soirée réalisé par Patrick Bollier.
Avec son accord l'enregistrement de la prestation de Jean Jacques est en téléchargement libre, les autres fichiers sont à la demande, en attente des autorisations des musiciens concernés.

Le programme de la soirée :

Bruynzand
- Airs du carnaval de Bailleul
- Chanson accompagnée à la vielle à roue
- Les carillons d'Esquelbecq et de Dunkerque
- 'T godsdeel of den rommelpot
- Zoete Mariton / Maclotte d'Habiémont
- Kermislied / En's avonds

De Kreupelaer (Claude et Marc Debrock, Yves Fauvel)
- De Kreupelaer
- Un chant flamand
- Air de la Renaissance / Sint Martin / De Boer / Klompendans
- Motet d'Adam de la Halle
- Le Frère nourricier / Chant des rois mages
- Suite de danses

Haeghedoorn
- Mavrouve_Racheltje
- Pierlala
- Ik zag Celilia komen / ? / ?
- Jan mijnen mam / Ma Seurtje

Hopland
- Blanchefleur
- Instrumental Vielle à roue et rommelpot
- Sint Anna feest / Ma Seurtje / Tjanne / Zoete Mariton
- Instrumental flûte et violon
- Herdekens lied
- Drink ik a pintje

Jean Jacques Révillion
- Carillon d'Esquelbecq / Dragon pour boire / Carillon de Dunkerque / Suite d'airs du Carnaval de Dunkerque
- Les 12 mois de l'année
- Ali alo pour Maschero
- Sinte Anna begeertje
télécharger

Smitlap
- Kapiteyn Bart / ? / ?
- Sint Anna feest / Carillon de Douai
- Instrumental, suite de scottisches

Snote Neuze
- Chant des rois mages
- Chant des rois mages
- Pot pourri flamand



lundi 20 juin 2016

Katrien Delavier

mise à jour du 20 juin 2016 nouveau lien pour le fichier qui avait disparu





Katrien Delavier et Violaine Mayor
photo Christian Lebon

C’est un entretien avec Katrien Delavier que j’ai enregistré en 1990 au cours d’un stage qu’elle donnait avec Violaine Mayor et Juliette Collache au C.S.E. à Hazebrouck en vue d’un article pour Trad Magazine.
Elle y détaille sa pédagogie, ses idées sur la pratique de la musique traditionnelle et aussi l’origine de sa passion pour la harpe dite celtique. Elle aborde également ses projets, ses recherches sur le répertoire ancien de harpe irlandaise.

le fichier est de nouveau disponible ici

d'autres pages sur Katrien Delavier ici

mardi 7 juin 2016

Chants et chansons populaires du Cambrésis

mise à jour le 7 juin 2016 : le 1er volume et des textes complémentaires

Achille Durieux, professeur de dessin et archiviste à Cambrai voit le jour le 7 juillet 1826 sur la place d'Armes, il est le fils de Dominique Hyppolite Guislain, marchand mercier, et Marie Françoise Joseph Watelle. En 1864 il publie un premier volume de chants en collaboration avec Adolphe Martial Bruyelle (1811-1875), receveur des hospices et musicien. Ce premier tome est disponible sur ce site et je vous propose le second, publié en 1868, qu'il rédige seul. Pour la partie musicale il a certainement été aidé par Armance Sophie Aniart, maîtresse de piano, née le 8 mais 1826 qu'il épouse à Cambrai le 4 septembre 1850.

Christian Declerck


L'exemplaire du 1er volume, conservé à la British Library, a été mise en ligne par Google, avec au début les paroles des chansons censurées, imprimées sur un feuillet séparé.




le second volume



Collection personnelle



D'autres textes publiés par Achille Durieux, proposés par la Société d'Emulation de Cambrai ici

jeudi 12 mai 2016

Jean-Jacques Révillion - Elève toi donc belle

« Elève toi donc Belle », Chants traditionnels du Nord de la France. 
Jean-Jacques Révillion, Mabidon et autres compagnons




Ce CD autoproduit à 1000 exemplaires il y a plus de 10 ans (2005) étant désormais épuisé, j’ai proposé à Christian DECLERCK de le publier sur le blog mémoire du folk en Nord Pas de Calais. Je n’envisage pas en effet de réédition, et on peut considérer qu’il fait désormais partie de l’histoire de la musique traditionnelle régionale.*
Chanter a toujours été pour moi un plaisir et une pratique qui faisait partie de mon quotidien. Enfant, j’ai le souvenir des réunions de familles, mariages, banquets où à la fin du repas, un ancien se levait et entonnait « sa » chanson. Devenu louveteau, le chant faisait partie de la vie en camp, lors des randonnées ou veillées. Adolescent, quand j’ai commencé à jouer de la guitare avec les copains , j’ai chanté Brassens, Hugues Aufray, les yéyés, Graeme Alwright. Puis j’ai découvert le folksong, la guitare américaine.



Au lycée, j’ai fait la rencontre de Christophe Declercq, qui passait ses vacances en Bretagne et m’a fait découvrir le folk français naissant, avec Alan Stivell et le folkclub parisien Le Bourdon.
En 1973, notre bac en poche, on a commencé à fréquenter les folk clubs qui démarraient sur Lille : Les Arts et Métiers, la MJC Marx Dormoy. On y a rencontré Michel Lebreton, Philippe Margat, avec qui on a fondé un groupe qui allait devenir MABIDON (1974).
C’est avec eux que j’ai commencé à chanter les chansons de la région, avec le « Canteloube », accessible dans toutes les bonnes bibliothèques, et qui mettait à notre disposition un répertoire du Nord Pas-de-Calais Picardie dans son anthologie des chansons populaires de France (où il omettait systématiquement de citer ses sources, pouvant laisser croire qu’il en était lui même  le collecteur…)
C’est à cette époque que des  chansons comme Voici la Saint Jean ou La belle est en jardin d’amour ont intégré mon répertoire. Par la suite, l’orientation prise par MABIDON vers la pratique exclusive du bal folk, le manque de demande du public pour du concert, des problèmes de voix aussi, tout cela a abouti à une mise en sommeil de mes prestations de chanteur, à part quelques chansons à danser interprétées en bal.



En 1996, j’ai participé à l’aventure des Musiciens routiniers du Nord Pas de Calais, qui a regroupé, sous la houlette de Philippe Cheval et Patrice Heuguebart une quinzaine de musiciens pour un concert centré sur la musique régionale. J’y étais sollicité en tant que violoneux et chanteur, et j’y ai retrouvé le plaisir de chanter en public. La Bière, Le petit ramoneur viennent de cette expérience  qui a donné lieu à 3 ou 4 concerts, mais dont malheureusement il ne reste aucune trace enregistrée…
Mais ça m’a donné l’envie de continuer à travailler un répertoire de chants de nos régions septentrionales à partir des collectages réalisés du XIXe siècle à nos jours. Alexandre Desrousseaux, Durieux et Bruyelle sont devenus des livres de chevet, ainsi que les collectes de l’association Marie Grauette, du Boulonnais Michel Lefèvre, mes collectes personnelles, tout cela constitue un fonds important que quasi personne n’interprète…



En 2000 et 2001 j’ai été invité par Bernard Boulanger pour présenter ce travail à la Fête de la Piposa, cette association de Sailly sur la Lys bien connue des amateurs de musique traditionnelle. A la descente de scène, on m’a dit « tu devrais en faire un disque », l’idée a fait son chemin, j’ai commencé à travailler à ce projet avec l’aide, pour les arrangements, de Stéphane Couturier et Julien Biget, j’ai sollicité mes potes musiciens de Mabidon, bien sûr, ainsi que Patrice Heuguebart. On a travaillé artisanalement, en prenant du temps, l’enregistrement s’est fait « à la maison » grâce au studio mobile et à la patience de Mike Varlet. La première séance d’enregistrement a eu lieu le 4 janvier 2003, la dernière le 5 juillet 2004, juste avant que MABIDON ne fête ses 30 ans d’existence à l’estaminet des Damoiselles.
Le concert pour la  sortie du CD « élève toi donc belle » a eu lieu le 1er avril 2005 lors de la fête de la Piposa.



Ont participé à la réalisation de cet enregistrement :
- Jean-Jacques Révillion (chant, violon, cistre, bouzouki, guimbarde)
- Julien Biget (guitare, bouzouki, arrangements)
- Philippe Cheval (cornemuse)
- Stéphane Couturier (guitares, arrangements)
- Christophe Declercq (violon)
- Didier Demarcq (accordéons diatoniques)
- Charles Duytschaever (batterie)
- Patrice Heuguebart (accordéon chromatique)
- Benoit Laloyaux (conception graphique pochette et livret)
- Marc Lequenne (Aquarelle de couverture)
- Mike Varlet (prise de son et mixage)
- « Foon mastering center » (mastering)


Le 10 mai 2016
Jean-Jacques Révillion

****

01 - La bière (Alexandre Desrousseaux)
02 - Un jour à la promenade (trad.)
03 - Le galion d'Espagne / En attendant mieux (trad./JJR)
04 - Le petit ramoneur (trad.)
05 - Elève toi donc belle (trad.)
06 - L'assassinat (Georges Brassens)
07 - Gambrinus (Jean-Jacques Révillion)
08 - Jésus s'habille en pauvre (trad.)
09 - Voici la saint Jean (trad.)
10 - La belle est en jardin d'amour (trad.)
11 - Berceuse / Alfred le chien (trad/JJR)
12 - Mon père m'envoie t'à l'herbe (trad.)
13 - Les trois demoiselles / La mandoline (trad./trad.)
14 - La belle aperçoit une barque (trad.)
15 - Le chemin d'Emblise / La rue de l'égalité (JJR/JJR)
16 - Le voyage à Maurice (trad.)
17 - Tiens tiens tiens voilà Jean qui vient (trad.)

Télécharger

* Pour ceux qui restent attachés à l’objet « disque » plutôt qu’à la musique dématérialisée téléchargeable sur internet, le volume 2, C’était bien, est toujours en vente et disponible auprès de l’auteur de cet article à cette adresse.



jeudi 5 mai 2016

Étudier, interpréter, valoriser les chansons anciennes

Journée d'étude-atelier organisée par Sophie-Anne Leterrier à l'Université d'Artois, avec la collaboration de Brigitte Buffard-Moret, le 28 juin 2016, Maison de la recherche et Maison de l'étudiant, Université d'Artois, Arras.




Dans le cadre du projet Musicarchives, réponse à l'appel à projet 2014 "Pratiques interculturelles dans les processus de patrimonialisation" du Ministère de la Culture et de la Communication : 
Archives de musiques populaires en Nord-Pas-de-Calais
Partenaires : Laboratoire Centre de recherche et d'études Histoire et sociétés (CREHS),université d'Artois • Centre régional des lettres et du livre Nord-Pas de Calais • Archives départementales du Pas-de-Calais
Coordonnatrice scientifique : Sophie-Anne Leterrier, université d'Artois.

Le domaine de la chanson est vaste et divers, segmenté en territoires bien distincts : les termes de « chanson populaire », « folklorique », « traditionnelle », de « chanson française », renvoient chacun à des époques et à des espaces spécifiques. La chanson dite traditionnelle concerne en général des espaces ruraux et des temps anciens, tandis que le « chanson française » désigne un secteur de l’industrie musicale porté, depuis les années 1950, par des auteurs, des compositeurs, et surtout des interprètes populaires au sens des mass-media. Cette segmentation du monde de la chanson résulte de l’évolution des pratiques culturelles : le passage de chansons sur timbre, souvent anonymes, partagées, écrites dans et pour des communautés locales, à des chansons régies par le droit d’auteur, insérées dans des circuits commerciaux, de diffusion beaucoup plus large, portées par des interprètes connus. Mais cette segmentation doit aussi quelques choses aux divisions du savoir en disciplines. 
L’intérêt scientifique pour les chansons comme forme de littérature, d’art ou d’archive, plonge dans le XIXsiècle. Il est d’abord porté par l’enthousiasme « romantique » pour les formes d’art populaire, le « mythe du peuple » en général. L’approche scientifique de l’histoire et des formes des chansons est approfondie depuis la troisième République par des hommes de lettres (Julien Tiersot), des médiévistes, des philologues. Depuis, l’étude des chansons anciennes a été largement renouvelée par l’engagement de nouveaux acteurs : collecteurs, artistes, chercheurs, militants. Le développement des mouvements régionalistes dans les années 1960 et 1970 lui a donné un nouveau souffle.
Certains se sont intéressés aux chansons sous l’angle linguistique (étude des différents dialectes, compréhension historique et ethnographique issue de ces corpus). D’autres ont donné une nouvelle vie à la tradition en composant et en jouant des chansons d’aujourd’hui en dialectes, ou en écrivant des textes contemporains sur des mélodies d’autrefois. Le caractère hybride des chansons (du texte chanté, de la poésie populaire) se prête à ces métamorphoses. Dans certaines régions de France, par exemple en Bretagne, en Occitanie, en Corse, les publications, les interprétations, sont nombreuses ; il existe des ouvrages de référence, des équipes de recherche instituées sur ce sujet. Dans d’autres (notamment dans le Nord et le Pas-de-Calais), le terrain est encore en friche, et malgré des initiatives dispersées, il reste beaucoup à faire. L’intérêt pour les chansons anciennes engage aujourd’hui des acteurs très variés : des institutions patrimoniales qui gèrent des collections imprimées ou des fonds sonores, des équipes qui valorisent les chansons en les publiant, en les diffusant, en les contextualisant, des chercheurs (littéraires, ethnologues, musicologues, historiens...), des enseignants, des interprètes.

Le but de notre journée d’étude est de confronter ces acteurs, pour partager les expériences, pour procéder à une sorte d’état de lieux mais aussi pour présenter des initiatives nouvelles d’étude, d’analyse comme de valorisation.

Programme :

9H Sophie-Anne Leterrier : Introduction et présentation de la journée

9H30 Marlène Belly : La chanson traditionnelle : définition et passages dans le temps et dans les autres genres via la question des timbres.

10H Claude RibouillaultAnecdotique et daté / universel et intemporel ? Chansons traditionnelles et chansonniers sur l’air de…
10H30 discussion et pause café
11H Michel ColleuTrois siècles de compositions populaires d’un milieu social : les chants décrivant la vie des gens de mer .
11H30 Maxou Heintzen : la fin des complaintes criminelles
12H discussion
12H30-14H pause déjeuner
14H Philippe Martel : Collecteurs du XIXe en territoire occitan
14H30 François Gasnault : Chanson traditionnelle et milieux revivalistes : chronique discontinue d'une appropriation
15H Jean-Pierre Bertrand : Faut-il poursuivre le catalogage des répertoires chansonniers ?
15H30 discussion
16H Hervé Dréan : Histoire d'une collecte (La Roche Bernard, Haute Bretagne 1975-2016)
16H30 Philippe Boulfroy : collecter et interpréter les chansons picardes, l'expérience d'Ach'teure
17H Florence Launay et Françoise de Fanti : le travail du duo Tintorela
17H40 Discussion et conclusions par Brigitte Buffard-Moret

Salle de spectacle – Maison de l’étudiant (rue Raoul François)

18h-19h Audition de chansons en dialecte de Lille, recueillies dans le cadre du projet de recherche
Musicarchives.
Interprètes : Marie-Hélène Boulaire, Vincent Chevallier, Béatrice Coton, Hervé Diéval, Judith Fages,
Bruno Richardot, Marie-Madeleine Vaillant, Jean-Claude Vanfleteren


Entrée libre


samedi 23 avril 2016

La mésaventure d'un joueur d'épinette

Plusieurs villes de Belgique ont mis en ligne la presse ancienne, avec un moteur de recherche, une aubaine pour les chercheurs. Dans le journal Nieuwsblad van Yperen en van het Arrondissement du 10 octobre 1903 j'ai relevé cette histoire curieuse, et sans doute banale, d'une blague faite à un musicien ambulant, probablement étranger, le qualificatif de Savoyard n'étant pas à prendre au premier degré. J'ai demandé à des amis dialectophone de faire la traduction de ce texte. Merci à Antoine Quaghebeur et Edmonde Vanhille, et leurs amis et correspondants de leur aide précieuse. La traduction n'est pas terminée, quelques mots plus rares sont à préciser. voici la transcription intégrale du texte, et la proposition de traduction par Antoine. Tout avis et compléments d'infos sont les bienvenus.






Reusje op loer
Eene avond-serenad te Yper

Historiek ! in goê vlaamsch waar gebeurd !

I.
Marquez le pas !… Un, deus ! .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
zoo weergalmde het onlangs door de straten van onze thans zoo woelige stad ! Un, deuss ! un deuss !. Marquez le pas ! En avant … Marsss !!! Marquez !!!…
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
En geestig, leute makend al zingende van ma serre bonne amie… van 't papenras en andere bevallige liedjes, trok een rappe fijne muziekant, aan 't hoofd van eene bende dobbele droeve jongens, eene staminé binnen, waar dat er een selderdjiets schoon blinkend vernikkeld vijffrankstikje boven de deure geplakt stond

II.
De pintjes werden volgetapt en de fijne slimme muziekant haalde van onder zen doomende hokseltjes nog al en redelijke groote dooze uit… en :
— Kamaraadjes ! … sprak hij !… hier heb ik het mêe !!! — Ik ga u, grtis onvergeld voor nieten eene préchtige serenade geven dezen avond ! … Kijkt ne keer hier, wat voor een schoon muziekinstrumentje !!!. Hebt ge er al zulk ééntje gezien ?…
— Ooooooooo !!!!!! was 't geroep !… Oooooooo ! Hoe schoone ! Hoe schoone !!……
En iedereen met eene spottende verbaasdheid stak zen neuzetje bij en, " Wat voor instrumentje is dadde Fré ?. Wat voor een instrumentje is dadde ?
— Dat is… Wachte !… 't mag men verdooie zijn !… maar 'k en kanne de name in 't vlaamsch nie zeggen !… Ze heeten dat in 't Fransoois… èn épinette !!
— En épinette ??!! èn épinette ??!!
— Ja èn épinette !…
— En speelt dat nog schonne, Fré ?…
— Of 't !!! En den domplelare deed een soorte van trouwrink men nen haaksken aan zijn klein kornuitvingertje en scharte, comme ci comme ça, op èn toeveel gekruiste snaren, dat er alle soorten van zoetgevooisde akkoorden uit épinette kwamen !…
En nuzè… zei hij… luistert !…
Wat dat er daar uitkwam, 't is ongelooflijk !… ma serre bonne amie… den kletskop ! 't ongedierte der papen… dieven… gezworen kamaraden… enfin, eene afwisseling van al de properste dingen uit den antialcolistiko liberalo-Radicalamica-socialistikooschen hutsepot-Repertorium !…

III.
Ja maar ! dat tjiktjaktinktinkmuziek begon echter een geheel kleen béétje de achtbare sochieteit van de toehoorders uitermate te vervelen !… Kinders, 't is geweten, zijn nogal voor een gaheel klein veranderingsken.
— Toe !… vezelde er daar een aan de oore van nen anderen !… Toe !… Willen we ne keer dien Savoyard en farce bakken ?…
— Jouw !!!!!!! Jouw !!!!
— Ewè pakt daar ne keer stilletjes zen instrumentdooze weg !… Maar opgepast en niet gelachen hoor !… a la dousse… sur le pouce !!… dat hij 't nie geware en worde !!!
Zoo gezeid, zoo deaan !… De muziekdooze, als bij tooverslag verween en… achter tien minuten lag ze weere op heur plaatse !……

IV.
Tijd van komen en tijd vau scheên, zei onzen troubadour… en hij stond op, dronk zen pinte geuzenlabic uit, vergaarde zen accabiliën t' hoope en trok zen dooze open om er zen épinette wèèr in te steken !… Marquez !!! Potvermillekatchoe !!!!!! O 't afschuwelijk verschijnsel !!!!…
Raad eens wat onzen Savoyard voor zijne verbisterde en wagenwijd openstaande kabeljauwsoogen ontwaardde !…
— Raadt eens ?… JaRaadt eens ?…
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
Waar cat épinette noest logèèren, hadden épinards de plaatse ingenomen !!!… Ja !… de schoonste welriekenste épinard kladdeyster dat er ooit van zen leven op den aardbodem van onze stoffelikje en vergankelijke wereld te voorschijne kwam !!!…

V.
En nu ? on 't eindigen, Reusje, zult ge zeggen !… Om dat potje van nu voort gedaekt te laten… Hoe liepen de zaken af ?… Ja ! Hoe da ze afliepen ? ge ziet dat van hier !!!… stampen, smijten, slaan !! deuren open en toe… nog ne keer toe en open !! Muziekant, dooze, kladdeyster, epinette en heel den hutseklutste buiten !!!…

VI.
En als ge nu nog daarbij wilt weten hoe dat den fameuzen kladdeyster aan zen dood gerocht vraag het ne keer aan de fransche nunnetjes !……

Reusje

*
* *
Maar Reusje en is nog 't lachen niet moe
Het lachen niet moe,
'T en doe ! 't en doe
Keerewijsom, Reusje, Reusje,

Keerewijsom, Reusje kom !



**************



Libre traduction inspirée du texte « Reusje op loer »


Reusje à l’affut
Une sérénade du soir à Ypres
Historique ! En bon flamand, c’est vraiment arrivé !
I.
« Marquez le pas !... Un, deuss !.... »
Voilà ce qui résonnait, il y a peu de temps dans les rues de notre ville animée.
« !... Un, deuss !.. !... Un, deuss !.... .. Marquez le pas ! En avant !... Marss !!! Marquez !!!! »
Une joyeuse et gaie agitation faisant résonner « Ma serre bonne amie… , L’internationale et autres chansons adaptées à la situation, attira un alerte et bon musicien dans un estaminet dont l’enseigne au linteau de la porte n’était autre qu’une rutilante pièce de cinq francs et où s’éclatait une bande de joyeux lurons par très catholiques. 

II
Les pintes de bières furent remplies et notre alerte musicien tira du dessous de son siège une boîte d’une assez belle taille et criant il dit :
- « . Camarades, vous ne devinerez jamais ce que j’ai ici dedans ! Je vais vous donner, gratuitement, pour pas un sou, ce soir, une merveilleuse sérénade ! Regardez donc ici, quel merveilleux instrument de musique !!!!... En avez-vous déjà vu un comme ça ? « .
- « Ooooooo ! s’exclamèrent –ils. Ooooooo ! Qu’est-ce qu’il est beau ! Ooooooo ! qu’est-ce qu’il est beau ! »
Et chacun l’air hilare et moqueur de s’enquérir
- « Mais c’est quoi ce bel instrument « Fré » ? C’est quoi ce bel instrument ? »
- « C’est…. Attendez euh, quelle honte, mais je ne sais plus dire son nom en flamand. Ils appellent ça en « françois » une épinette ».
- « Une épinette !!!! Une épinette !?!?!? »
- « Oui une épinette ».
- « Est-ce que ça joue encore bien ça, Fré ? »
- « Eh bien, !!! « Et ce naïf mit une espèce d’alliance avec une excroissance à son petit doigt et gratta, « comme ci, comme ça » sur les cordes tendues comme un élastique pour en tirer toute sorte d’accords mélodieux et doux.
- « Et maintenant bien écouter ! « dit-il.
Ce qui sortit de cet instrument est tout bonnement incroyable ! .. Ma serre bonne amie, une torture, une bouillie infâme, voleur.., adieu chers camarades…. Enfin, un aperçu des meilleures choses tout droit sorties du brouet musical « Antialcolo, libéralo-radicalo-socialistique » !!!!

III
Très bien ! mais cette « tjiktjaktinktink musique » commençait à taper sur les nerfs de l’auditoire. ! chacun le sait, les enfants sont pour le changement ! Donc, 
- « Et si on faisait une farce au savoyard ! « L’idée fit son chemin parmi les fêtards.
- « Ouais, ouais !!!
- « Qui va prendre discrètement et sans rire la boite de l’instrument ? A la Dousse… sur le pouce !!… sans qu’il ne s’en rende compte !!
Aussitôt dit aussitôt fait. La boite à musique disparut comme par enchantement et quelques dix minutes plus tard, elle était de nouveau à sa place, ni vu ni connu je t’embrouille !

IV
« Il y a un temps pour tout » dit notre troubadour s’apprêtant à arrêter le récital. Il termina sa « Gueuze lambic », ramassa son matériel et tira sa boite à musique à lui, l’ouvrit pour y ranger son épinette. Et alors « Marquez !, nom de Dieu ! !!!! Oh ! L’abominable découverte !!!!
- Devinez donc, ce que notre savoyard découvrit hébété de ses yeux de merlan frit.
- Devinez ! Devinez ?.....
Là où l’épinette devait reposer, il y avait un lit d’épinards. Parfaitement, des épinards parmi les plus beaux et les plus malodorants, adroitement disposés comme on n’en a jamais vu de pareils ni sur terre ni même dans un autre monde !!!! 

V
Et alors ? comment finit l’histoire Reusje ? Que l’on puisse de nouveau refermer la boite de Pandorre ! Quelle fin ?
- Ouais, on voit d’ici comment cela a pu se terminer !
Trépigner, jeter, frapper !! claquer les portes, sortir, rentrer !!!! Finalement, le Musicien, son étui, ses épinards, l’épinette et tout le bazar … Dééhooors !

VI
Et maintenant, si vous voulez savoir comment cette bouillie infâme s’est décomposée, eh bien demandez le aux petites sœurs françaises !

Reusje 


Mais Reusje n’est pas encore fatigué de rire,
Fatigué de rire !
Il rit, il rit
Keerewijsom, Reusje, Reusje
Keerewijsom, Reusje est là !

**********


Autres sites belges de presse en ligne : Belgica et Ostende