samedi 27 janvier 2018

Jean Dhondt, fabricant d'épinette





Dans cet instrument, tout est vraiment trop simple : caisse de résonance en contre plaqué, ouïes en cercles, mécaniques de type récent, notes et chiffres tapés à la machine… Désespérant… Oh il y a bien le chevillier ; nous n'en connaissons pas d'autre ayant ce profil. Et puis la fixation des cordes : des pointes situées sous l'instrument…
Patrick Delaval, l'Epinette du Nord, Hazebrouck, 1997, page 46.



dessins de Patrick Delaval



L'exhumation de notes et d'un brouillon d'article, écrits il y a 30 ans en vue d'une publication dans la revue Le Tambourineur (qui cessa de paraître quelques semaines plus tard) me donne l'occasion de faire le point sur ce fabricant/revendeur de Lille.
Jean Henri Dhondt (son patronyme s'écrit D'HONDT pour l'état civil) est né à Moulins-Lille, en 1858, de parents belges : le père est originaire de Stekene, près d'Anvers, et la mère d'Oosterzeele, près de Gand. Jean Dhondt fonde son magasin d'instruments de musique en 1888, situé d'abord 146 rue d'Arras il déménage en 1904, 32 rue Saint Genois près de la gare de Lille. C'est à cette adresse qu'est mentionnée l'activité de fabrique d'épinettes, sur une carte publicitaire avec son portrait en pied. Mais nous ne connaissons pas ces instruments, à quoi ressemblaient-ils ? qui les fabriquaient ? et où ? des questions qui resteront sans réponse, je le crains. Le magasin déménage en 1909 pour le 139-141 rue de Paris. Après guerre la dénomination devient Vercruysse et Dhondt (Cyrille Vercruysse et Oscar Dhondt), plus d'infos sur cette maison ICI.

Carte publicitaire, collection personnelle

En plus de son commerce, Jean Dhondt dirige la fanfare l'Union du Nord de Moulins-Lille et le club cithariste et mandoliniste Les Dantès de Moulins-Lille, comme nous l'indiquent les Annuaires des Artistes des années 1903-1905.
Le couple D'hondt-Van Dorpe a eu 5 enfants, trois ont survécu et sont devenus musiciens :
- Jeanne Mélanie Joséphine (1886-1935) obtient un 1er prix de solfège au Conservatoire de Lille en 1904, elle est référencée dans l'Annuaire des Artistes comme professeur de solfège, de piano, de mandoline et de cithare. Elle épouse Cyrille Vercruysse en 1911. 
- Virginie Julie (1889-?) 1er prix de piano en 1904, enseigne aussi le solfège, le piano, la mandoline et la cithare, elle épouse Alfred Dutilleul en 1914 et quitte sa région pour Paris.
- Oscar Henri (1891-1950) obtient deux 1er prix en 1910 : solfège et trombone, il épouse Julienne Parmentier en 1919 et reprend le commerce de ses parents avec son beau-frère.



extrait de tarif de la maison Vercruysse et Dhondt non daté
collection personnelle



Roger Dauchelle dans son atelier,
source : Nord-Martin du 25/7/1958

Vers 1985, j'ai été en contact avec Roger Dauchelle (1911-1993) ancien employé de la Maison Vercruysse et Dhondt, de 1925 à 1964. Quand il est entré dans ce commerce, il y avait 4 ouvriers dans l'atelier, puis 7 en 1935, qui ne faisaient que des réparations d'instruments de musique, tous sauf le piano. M. Dauchelle se souvient d'avoir monté des épinettes à son arrivée chez Vercruysse. Les instruments arrivaient par caisse de 100, il ne se souvient plus si elles venaient de Paris (Thibouville-Lamy) ou plus probablement des Vosges (Louis Patenotte). Il montait sur l'instrument brut les mécaniques, les frettes, la plaque de zinc et les cordes. Il se souvient que l'instrument était appelé épinette du Nord, qu'elles se vendaient très bien, environ 400 par an, elles étaient achetées par les ouvriers et surtout les mineurs. La fabrication cessa vers 1930, la mode étant passée au violon. Mais il arriva souvent à M. Dauchelle, ainsi qu'à son collègue et successeur, Jean Boerez, d'en réparer, recoller et accorder. La dernière épinette que M. Boerez a vue à l'atelier c'était vers 1975. Toutes ces épinettes ont disparu, il semble qu'une seule ait survécu, voir le plan au début de la page.


1975, c'est de cette époque que date le renouveau de la pratique de l'épinette dans la Région, est-ce une coïncidence ? A peu près à la même époque, j'ai commandé mon épinette à Jan Van De Putte à Courtrai pour en jouer avec Marieke en Bart (Marieke voulait absolument l'appeler vlier). Puis des ateliers de pratique se sont ouverts, des rencontres entre musiciens ; parmi les premiers, j'ai le souvenir de celui de la MJC de Rosendael, à Dunkerque, animé par Jacques Leininger, et de celui de la Maison de Danse à Fives-Lille, animé par Christophe Declercq. C'est le début d'une nouvelle vie pour cet instrument, la suite de cette aventure pourrait faire l'objet d'un autre article, à bon entendeur…

Christian Declerck
Sources : état civil, généalogie C. Cartigny, Annuaire des artistes, Nord-Matin, Annuaire Ravet-Anceau, entretien avec R Dauchelle.

mon épinette Van De Putte




l'atelier de la Maison de Danse à Fives
photos C. Declerck