samedi 16 janvier 2021

Blanche-Petit à Valenciennes


musée de Champlitte (70)
source

Ce fabricant de pianos mécaniques a fait florès, à Valenciennes, au début du XXe siècle. Jean-Baptiste Blanche est né en Belgique, à Saint Gilles, le 25 février 1879. Il est le fils de Jules, carrossier, et Marie Bellens. En 1901, à Raismes, il épouse Pauline Petit, née à Hasnon le 27 janvier 1881, elle est la fille de Paul, marchand de pianos et Sophie Crudenaire. D'après des mentions sur les publicités, on sait que le couple a fondé leur société en 1899, avenue du Quesnoy n°1 et 4. Ils participent à de nombreux concours et y remportent des médailles : le bronze à Bruxelles (1910), l'argent au Mans (1911) et à Casablanca (1915), l'or à Dunkerque (1912), un diplôme d'honneur à Metz (1920) et Marseille (1922), les grands prix de Lille (1920), Obernai (1922) et Limoges (1922). En 1923, hors concours, il est membre du jury à Bayonne, puis président du jury au Mans en 1928. Mais en juillet 1929 une annonce signale la mise en vente, par J.-B Blanche, de deux immeubles à Valenciennes, l'un industriel et commercial et l'autre "maison de rentier", sans indication de leur emplacement, mais il s'agit certainement des deux maisons situées au 1 et 4 avenue de Verdun. Pauline meurt à Valenciennes en 1924, je n'ai pas encore retrouvé le décès de Jean-Baptiste. En 1926 il est fait mention d'un associé nommé R. Goffart, présenté comme successeur de J.-B. Blanche-Petit. Ce pourrait être René Goffart né à Valenciennes en 1895 qui est ébéniste lors de son mariage en 1919 avec Raymonde Vandevoir. Dès la réouverture du site des AdN j'irai vérifier.

vente à Chartres en 2015

Ses instruments sont décrits dans plusieurs réclames parues en 1914 et les marques sont déposées la même année au greffe du tribunal de commerce de Paris : le Paulinette "Orchest", 48 marteaux avec tambour, grosse caisse et cymbale ; pour les cafés où l'on ne danse pas le Solo Mio Mandolino qui donne l'illusion d'un orchestre de mandolines ; et les Pianos Orchestre à 88 et 66 marteaux, sans percussions. En 1919, il dépose les marques La Victoire et le Sam Su Fy orchestre. Je n'ai pas d'infos sur son parcours après l'arrêt de ses d'activités industrielles. 

Christian Declerck, 15 janvier 2021


*****

On peut entendre un de ses pianos dans la collection de Gérard Décoret sur ce site 

le bâtiment du 4 avenue de Verdun (ex avenue du Quesnoy)


Quelques réclames parues dans le Grand Echo du Nord

10 juin et 22 mai 1914


22 mai 1920

Annuaire Didot-Bottin 1926



celle que je préfère

30 juin 1920


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire