mardi 29 août 2017

Léon Déplanque 1896-1966

mise à jour le 29 août 2017 : la vie parisienne de Léon
mise à jour le 20 avril 2019 : quelques infos sur son ami Jules Donte

Le chanteur des rues héninois



Collection personnelle

La revue Nord France de 1953 a recueilli le témoignage d’un des derniers chanteurs ambulants de la région.
Collection personnelle
Léon Déplanque est né à Hénin-Liétard en 1896, fils de Denis, houilleur, et Augustine DESRUELLES. Il débute à l’âge de 8 ans dans les ducasses de la région. Dans les années 1920, accompagné de l’accordéoniste Jules Donte de Loos-les-Lille, il parcourt le Nord et le Pas de Calais en proposant ses chansons sur les marchés et les places des grandes villes, la première qui nous est connue concerne l'expulsion de la famille Fontaine, à Hersin-Coupigny. Dans la chanson, Léon Déplanque s'en prend à l'huissier M. Montagne, c'était une mauvaise idée car celui-ci l'a poursuivi en diffamation. Le tribunal de Béthune le condamne à 16 francs d'amendes et 1.000 francs de dommages et intérêts.
Les suivantes ont pour thème des faits divers : Le crime de Loos (1925), Le satyre d’Haubourdin (1929), Le bandit Dartois (1924), Le crime de Rouvroy-Nouméa (1934) ou la catastrophe de Courcelles-les-Lens (1929) ; ou sur des sujets moins tragiques : Vie en ménage (1922), Ah ! les belles-mères (d'autres exemples ici) ou d’actualité : Les nouviaux impôts (1928), Les glorieux défenseurs de Paris, Les chansons de la victoire, Hommage au peuple français, Oradour - vision d’horreur * (son plus grand succès, tiré à 475.000 exemplaires).
Sa fiche matricule nous révèle quelques nouvelles informations. D'abord un bref séjour en Belgique en 1930, à Wavre, il revient à Montigny en Gohelle puis à Hénin Liétard en 1931. Il déménage ensuite dans la région parisienne à Colombes en 1933, puis à Argenteuil en 1934, mais revient à Hénin Liétard en 1936. Est-ce durant cette période qu'il entre en contact avec la chanteuse MISMARGUETT ?, le sosie de Mistinguett, qui interprète ses chansons : Les Femmes d'aujourd'hui ou les temps modernes, Patience ça ira mieux, Faut faire la queue mesdames !, Le cocu content ou le ménage moderne et Pauvre bidoche ou 60 grammes de viande par semaine, sur l'air "connu" Si petite : Je te vois dans mon plat si petite / Si petite, ô ma bidoche, celle-ci créée par Maryss-Lyd dans les Concerts et Music-Hall Parisiens, probablement pendant la guerre.

Collection personnelle
Son accompagnateur, l'accordéoniste Jules Donte, né à Loos-les-Lille en 1894, émigre aussi à Paris. En 1923 il est domicilié 17 impasse Montferrat, il revient à Halluin en 1930, mais retourne à Paris en 1930, 17 rue de Chaumont. Il y épouse Rose Guignet en 1933 dans le 19e arrondissement, il a comme témoin Alexandrine et Alphonse Plot, chanteur lyrique, le marié est musicien ambulant. Il meurt l'année suivante à l'hôpital Lariboisière.
Le développement de la radio et du cinéma porte un coup fatal à cette corporation, Léon Déplanque abandonne le métier après la guerre et se retire à Lens. Il décède à Billy Montigny en 1966. Son fils Léon (1920-2005) a exercé pendant quelques années le métier de chanteur comique sous le pseudonyme de Léo MAX.

Léo Max
Collection personnelle

Dans les collectages on retrouve souvent ces chansons colportées par des chanteurs de rue, elles faisaient partie du répertoire des chanteurs amateurs qui animaient les réunions de famille. Souvent on les prend pour des chansons traditionnelles. Pour moi elle font partie de la culture populaire, surtout, comme ici, quand leur auteur n’est pas un lettré.

Christian Declerck

* lire en complément Oradour-sur-Galne, ultime exemple d'une tragédie chansonnée ?, par J.-F "Maxou" Heintzen, in D'onte ses ? D'où es-tu ?, revue du Cercle Généalogique, historique et Héraldique de la Marche et du Limousin, à paraître courant 2016

Téléchargez la copie de l'article ici NOUVEAU LIEN


Léon Déplanque à la batterie
Collection personnelle



collection personnelle


Je possède plusieurs de ses partitions avec les paroles sur un timbre à la mode
- Allons… Proserpine ?, sur l’air Avec ça mam’zelle
- L’amour… au cinéma, sur l’air Un air américain
- La chanson des malheureux, sur l’air Une chanson dans la nuit
- L’cocu contint, satisfait et battu, en patois héninois, sur l’air La faute à papa
- Le cocu content ou le ménage moderne, air connu
- Le dernier baiser d’une mère, sur l’air Du gris
- Faut faire la queue mesdames !, air connu
- Les femmes d'aujourd'hui, air connu
- Les femmes et la mode ou L’envie de toilette, sur l’air Lison Lisette
- Hommage à l’armée rouge ou les vainqueurs de Berlin, sur un air connu
- Je n'veux pas marcher, sur l'air Fi…fine, Fi…fine
- Joséphine aussi ou Elle fait toujours comme moi, sur l’air Marguerite aussi
- Lison la rouge ou La femme à tout le monde, sur l’air Paris
- La marche Franco-Russe, La glorieuse avancée de l'Armée Rouge sur Berlin, air connu
- Les nouviaux impôts, en patois héninois, sur l'air La robe à carreaux
- Ne frappe plus maman ou Cœur de gosse, sur l’air Cœur de lilas
- Gloire à l'armée rouge, au vaillant peuple soviétique ! Sauveur du monde !, air connu
- On nous avait promis, sur l'air La valse des mouches
- Oradour, vison d’horreur ou Ils ont tué mon père, sur l’air Le chant du guardian
- L’orphelin ou Le bon cœur d’un mutilé, sur l’air On m’appelle Frisson
- Pardonne ma jolie, musique de Jules Donte
- Pauvre bidoche ou 60 grammes de viande par semaine, air connu (Si petite)
- Pauvres enfants de la misère ou Les petits fils d’ouvriers, sur l’air Le sourire d’une femme
- Pauvre maman, tiré des films russes « Arc en ciel » et « Camarade ». « Cette chanson est dédiée aux vaillants partisans de la grande Russie, pour leur courage héroïque pendant la guerre contre les assassins nazis tueurs de femmes et d’enfant. » sur un air connu
- Patience, ça ira mieux, air connu
- Pour sa mère mourante, sur l’air Quand on a le bonheur d’être aimé
- Le p’tit béguin, sur l’air Ferme la porte
- Rendez-moi ma maman (la lettre d’un petit garçon à l’amant de sa mère qui abandonna père et enfant), sur l’air Quitte Paris
- Souviens-toi du passé, sur l’air Tu voudrais me voir pleurer
- V’là l’bon tuyau ou Prenez garde à l’amour, sur l’air Choisi Lison
Une copie des paroles est à votre disposition sur simple demande

7 commentaires:

  1. je suis tres content de voir mon grand pere ainsi que mon pere sur ce site merci et bravo

    RépondreSupprimer
  2. merci pour votre commentaire, si vous avez d'autres documents je serai ravi de compléter cette page

    RépondreSupprimer
  3. j'aimerais beaucoup avoir les paroles de ah les belles mères que nous chantait mon grand-père originaire de liévin en fin de reaps de famille et qui nous amusait tant! merci d'avance si cela vous est possible de me les envoyer

    RépondreSupprimer
  4. ce n'est pas une chanson de Léon Déplanque mais de Pépino qui se produisait autour de Cambrai et Lens dans les années 1920.
    je vais préparer une page sur lui, en attendant voici ses deux chansons sur les belles mères,
    http://www.mediafire.com/?10x66mhwa3al36q

    dont celle que vous cherchez sur l'air des Grandes femmes
    http://bibnum2.banq.qc.ca/bna/musique_78trs/mt27.htm

    RépondreSupprimer
  5. bonjour, je recherche les paroles d'une chanson pour oradour sur l'air du chant du gardian "là-bas du bout de l'horizon, j'entends venir une chanson.... ces bandits ils ont tué mon père....". pouvez-vous me venir en aide. elle me tient bcp à coeur. Merci

    RépondreSupprimer
  6. bjr, je suis désolé mais je ne la connais pas

    RépondreSupprimer
  7. I blog odten and I genuinely thank you for your content.
    Thiis great article has truly peaked my interest.
    I am going to book mark ylur site and keep hecking for new drtails about once
    a week. I opted in for your Feed too.

    RépondreSupprimer