samedi 23 avril 2016

La mésaventure d'un joueur d'épinette

Plusieurs villes de Belgique ont mis en ligne la presse ancienne, avec un moteur de recherche, une aubaine pour les chercheurs. Dans le journal Nieuwsblad van Yperen en van het Arrondissement du 10 octobre 1903 j'ai relevé cette histoire curieuse, et sans doute banale, d'une blague faite à un musicien ambulant, probablement étranger, le qualificatif de Savoyard n'étant pas à prendre au premier degré. J'ai demandé à des amis dialectophone de faire la traduction de ce texte. Merci à Antoine Quaghebeur et Edmonde Vanhille, et leurs amis et correspondants de leur aide précieuse. La traduction n'est pas terminée, quelques mots plus rares sont à préciser. voici la transcription intégrale du texte, et la proposition de traduction par Antoine. Tout avis et compléments d'infos sont les bienvenus.






Reusje op loer
Eene avond-serenad te Yper

Historiek ! in goê vlaamsch waar gebeurd !

I.
Marquez le pas !… Un, deus ! .  .  .
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
zoo weergalmde het onlangs door de straten van onze thans zoo woelige stad ! Un, deuss ! un deuss !. Marquez le pas ! En avant … Marsss !!! Marquez !!!…
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
En geestig, leute makend al zingende van ma serre bonne amie… van 't papenras en andere bevallige liedjes, trok een rappe fijne muziekant, aan 't hoofd van eene bende dobbele droeve jongens, eene staminé binnen, waar dat er een selderdjiets schoon blinkend vernikkeld vijffrankstikje boven de deure geplakt stond

II.
De pintjes werden volgetapt en de fijne slimme muziekant haalde van onder zen doomende hokseltjes nog al en redelijke groote dooze uit… en :
— Kamaraadjes ! … sprak hij !… hier heb ik het mêe !!! — Ik ga u, grtis onvergeld voor nieten eene préchtige serenade geven dezen avond ! … Kijkt ne keer hier, wat voor een schoon muziekinstrumentje !!!. Hebt ge er al zulk ééntje gezien ?…
— Ooooooooo !!!!!! was 't geroep !… Oooooooo ! Hoe schoone ! Hoe schoone !!……
En iedereen met eene spottende verbaasdheid stak zen neuzetje bij en, " Wat voor instrumentje is dadde Fré ?. Wat voor een instrumentje is dadde ?
— Dat is… Wachte !… 't mag men verdooie zijn !… maar 'k en kanne de name in 't vlaamsch nie zeggen !… Ze heeten dat in 't Fransoois… èn épinette !!
— En épinette ??!! èn épinette ??!!
— Ja èn épinette !…
— En speelt dat nog schonne, Fré ?…
— Of 't !!! En den domplelare deed een soorte van trouwrink men nen haaksken aan zijn klein kornuitvingertje en scharte, comme ci comme ça, op èn toeveel gekruiste snaren, dat er alle soorten van zoetgevooisde akkoorden uit épinette kwamen !…
En nuzè… zei hij… luistert !…
Wat dat er daar uitkwam, 't is ongelooflijk !… ma serre bonne amie… den kletskop ! 't ongedierte der papen… dieven… gezworen kamaraden… enfin, eene afwisseling van al de properste dingen uit den antialcolistiko liberalo-Radicalamica-socialistikooschen hutsepot-Repertorium !…

III.
Ja maar ! dat tjiktjaktinktinkmuziek begon echter een geheel kleen béétje de achtbare sochieteit van de toehoorders uitermate te vervelen !… Kinders, 't is geweten, zijn nogal voor een gaheel klein veranderingsken.
— Toe !… vezelde er daar een aan de oore van nen anderen !… Toe !… Willen we ne keer dien Savoyard en farce bakken ?…
— Jouw !!!!!!! Jouw !!!!
— Ewè pakt daar ne keer stilletjes zen instrumentdooze weg !… Maar opgepast en niet gelachen hoor !… a la dousse… sur le pouce !!… dat hij 't nie geware en worde !!!
Zoo gezeid, zoo deaan !… De muziekdooze, als bij tooverslag verween en… achter tien minuten lag ze weere op heur plaatse !……

IV.
Tijd van komen en tijd vau scheên, zei onzen troubadour… en hij stond op, dronk zen pinte geuzenlabic uit, vergaarde zen accabiliën t' hoope en trok zen dooze open om er zen épinette wèèr in te steken !… Marquez !!! Potvermillekatchoe !!!!!! O 't afschuwelijk verschijnsel !!!!…
Raad eens wat onzen Savoyard voor zijne verbisterde en wagenwijd openstaande kabeljauwsoogen ontwaardde !…
— Raadt eens ?… JaRaadt eens ?…
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
Waar cat épinette noest logèèren, hadden épinards de plaatse ingenomen !!!… Ja !… de schoonste welriekenste épinard kladdeyster dat er ooit van zen leven op den aardbodem van onze stoffelikje en vergankelijke wereld te voorschijne kwam !!!…

V.
En nu ? on 't eindigen, Reusje, zult ge zeggen !… Om dat potje van nu voort gedaekt te laten… Hoe liepen de zaken af ?… Ja ! Hoe da ze afliepen ? ge ziet dat van hier !!!… stampen, smijten, slaan !! deuren open en toe… nog ne keer toe en open !! Muziekant, dooze, kladdeyster, epinette en heel den hutseklutste buiten !!!…

VI.
En als ge nu nog daarbij wilt weten hoe dat den fameuzen kladdeyster aan zen dood gerocht vraag het ne keer aan de fransche nunnetjes !……

Reusje

*
* *
Maar Reusje en is nog 't lachen niet moe
Het lachen niet moe,
'T en doe ! 't en doe
Keerewijsom, Reusje, Reusje,

Keerewijsom, Reusje kom !



**************



Libre traduction inspirée du texte « Reusje op loer »


Reusje à l’affut
Une sérénade du soir à Ypres
Historique ! En bon flamand, c’est vraiment arrivé !
I.
« Marquez le pas !... Un, deuss !.... »
Voilà ce qui résonnait, il y a peu de temps dans les rues de notre ville animée.
« !... Un, deuss !.. !... Un, deuss !.... .. Marquez le pas ! En avant !... Marss !!! Marquez !!!! »
Une joyeuse et gaie agitation faisant résonner « Ma serre bonne amie… , L’internationale et autres chansons adaptées à la situation, attira un alerte et bon musicien dans un estaminet dont l’enseigne au linteau de la porte n’était autre qu’une rutilante pièce de cinq francs et où s’éclatait une bande de joyeux lurons par très catholiques. 

II
Les pintes de bières furent remplies et notre alerte musicien tira du dessous de son siège une boîte d’une assez belle taille et criant il dit :
- « . Camarades, vous ne devinerez jamais ce que j’ai ici dedans ! Je vais vous donner, gratuitement, pour pas un sou, ce soir, une merveilleuse sérénade ! Regardez donc ici, quel merveilleux instrument de musique !!!!... En avez-vous déjà vu un comme ça ? « .
- « Ooooooo ! s’exclamèrent –ils. Ooooooo ! Qu’est-ce qu’il est beau ! Ooooooo ! qu’est-ce qu’il est beau ! »
Et chacun l’air hilare et moqueur de s’enquérir
- « Mais c’est quoi ce bel instrument « Fré » ? C’est quoi ce bel instrument ? »
- « C’est…. Attendez euh, quelle honte, mais je ne sais plus dire son nom en flamand. Ils appellent ça en « françois » une épinette ».
- « Une épinette !!!! Une épinette !?!?!? »
- « Oui une épinette ».
- « Est-ce que ça joue encore bien ça, Fré ? »
- « Eh bien, !!! « Et ce naïf mit une espèce d’alliance avec une excroissance à son petit doigt et gratta, « comme ci, comme ça » sur les cordes tendues comme un élastique pour en tirer toute sorte d’accords mélodieux et doux.
- « Et maintenant bien écouter ! « dit-il.
Ce qui sortit de cet instrument est tout bonnement incroyable ! .. Ma serre bonne amie, une torture, une bouillie infâme, voleur.., adieu chers camarades…. Enfin, un aperçu des meilleures choses tout droit sorties du brouet musical « Antialcolo, libéralo-radicalo-socialistique » !!!!

III
Très bien ! mais cette « tjiktjaktinktink musique » commençait à taper sur les nerfs de l’auditoire. ! chacun le sait, les enfants sont pour le changement ! Donc, 
- « Et si on faisait une farce au savoyard ! « L’idée fit son chemin parmi les fêtards.
- « Ouais, ouais !!!
- « Qui va prendre discrètement et sans rire la boite de l’instrument ? A la Dousse… sur le pouce !!… sans qu’il ne s’en rende compte !!
Aussitôt dit aussitôt fait. La boite à musique disparut comme par enchantement et quelques dix minutes plus tard, elle était de nouveau à sa place, ni vu ni connu je t’embrouille !

IV
« Il y a un temps pour tout » dit notre troubadour s’apprêtant à arrêter le récital. Il termina sa « Gueuze lambic », ramassa son matériel et tira sa boite à musique à lui, l’ouvrit pour y ranger son épinette. Et alors « Marquez !, nom de Dieu ! !!!! Oh ! L’abominable découverte !!!!
- Devinez donc, ce que notre savoyard découvrit hébété de ses yeux de merlan frit.
- Devinez ! Devinez ?.....
Là où l’épinette devait reposer, il y avait un lit d’épinards. Parfaitement, des épinards parmi les plus beaux et les plus malodorants, adroitement disposés comme on n’en a jamais vu de pareils ni sur terre ni même dans un autre monde !!!! 

V
Et alors ? comment finit l’histoire Reusje ? Que l’on puisse de nouveau refermer la boite de Pandorre ! Quelle fin ?
- Ouais, on voit d’ici comment cela a pu se terminer !
Trépigner, jeter, frapper !! claquer les portes, sortir, rentrer !!!! Finalement, le Musicien, son étui, ses épinards, l’épinette et tout le bazar … Dééhooors !

VI
Et maintenant, si vous voulez savoir comment cette bouillie infâme s’est décomposée, eh bien demandez le aux petites sœurs françaises !

Reusje 


Mais Reusje n’est pas encore fatigué de rire,
Fatigué de rire !
Il rit, il rit
Keerewijsom, Reusje, Reusje
Keerewijsom, Reusje est là !

**********


Autres sites belges de presse en ligne : Belgica et Ostende

Aucun commentaire:

Publier un commentaire