dimanche 14 août 2011

Les livres de carillons de De Gruytters & Dupont


Voici un extrait de la traduction des préfaces de deux éditions (voir ici) de transcriptions de musiques pour carillon du XVIIIe siècle, la traduction intégrale est à télécharger au bas de la page.


Le livre de carillon De Gruytters

par Arie Abbenes et André Lerh
Traduction Juliette Collache, avril 1993

D’après le manuscrit original de 1746 tel qu’il a été préservé à la bibliothèque du « Koninklijk Vlaams Muziek Conservatorium » à Anvers.
Introduction d’Arie Abbenes et d’André Lerh traduction en anglais de Raymond Keldermans, Springfield, Illinois, USA.
Publié en 1968 par Eijsbouts Ltd Bellfoudry, Asten, Hollande

Chose étrange, il est un fait qu’aux Pays-Bas, où le carillon est connu et particulièrement apprécié, on n’a quasiment retrouvé aucune trace de musique pour carillon.
Plusieurs archives possèdent des « versteekboeken », qui sont des recueils de mélodies et de courtes pièces arrangées pour le carillon à tambour automatique. Ces manuscrits ne présentent toutefois un intérêt que dans la mesure où ils nous montrent quel était le type de musique utilisé pour les morceaux servant à sonner les quarts d’heures de manière mécanique.
La conception musicale de ces morceaux est limitée par les possibilités spécifiques et réduites du carillon à tambour. Bon nombre d’entre eux sont ainsi difficiles voire impossibles à exécuter au clavier.
Sur le carillon à clavier, les accords plaqués sont presque toujours joués de manière arpégée, tandis que les accords plaqués ou complexes ne posent aucun problème sur le tambour automatique.
[…]



Merci à The Vrolijke Plug qui m'a signalé la présence, en ligne,
de l'intégralité du manuscrit de De Gruyters



****************

Le répertoire de Dupont
par Frank Deleu
Traduction de Juliette Collache, avril 1993

Le répertoire de tout carillonneur est déterminé par les possibilités techniques de son instrument et par les goûts de son époque. En comparaison avec d’autres instruments, l’histoire n’a laissé que très peu de matériel musical pour le carillon. La musique de carillon la plus ancienne que l’on possède remonte au 18e siècle. En ce qui concerne la période qui va de l’apparition du carillon en tant qu’instrument de musique (fin du 15e siècle) aux plus anciens documents retrouvés, les seules sources dont on dispose sont des descriptions littéraires de ce répertoire qui ont été faites plus ou moins par hasard.
La musique de carillon n’était vraisemblablement pas écrite à l’origine.Ce n’est que lorsque les possibilités du carillon furent étendues et que l’on put aborder une musique plus complexe que la retranscription de celle-ci devint nécessaire.
La collection la plus ancienne que l’on possède date de 1728 et est conservée à Anvers : 47 chants de Noël, pour la plupart arrangés à deux voix, ont été rassemblés sous le titre Beyart. Quelques marches simples de Boudewijn Schepers, carillonneur d’Aalst à partir de 1732, nous sont parvenues. Il y a l’importante collection de Joannes De Gruytters (1746, Anvers), et le répertoire encore plus important d’André Jean Baptiste Bonav. Dupont (1780, 85, St-Omer). Les recueils de musique du père et du fils Berkhuis (Berghuys) de Delft sont plus récents, et nous ne connaissons de la musique pour carillon de Matthias Van Der Gheyn (Louvain, 1721-1785) que les transcriptions complétées du 19e siècle. Les livres de carillon de De Gruytters (194 morceaux) et de Dupont (383 morceaux) sont les seuls livres de musique importants du 18e siècle ayant été conservés.

[…]

la suite est à télécharger ici

87 téléchargements au 1/6/2013

Publiez sur Calaméo ou explorez la bibliothèque.

104 consultations au 1/6/2013