dimanche 30 octobre 2016

Marcel Dambrine, chansonnier, 1887-1962

mises à jour 15 août 2016, le 30 octobre 2016

A priori rien ne destinait ce chansonnier à se retrouver  sur ce blog, sauf que, quelques fois, quand on cherche on trouve ce qu'on ne cherchait pas.

Marcel Dambrine
collection personnelle

Marcel Dambrine est référencé sur la toile pour l'une de ses chansons, la Marche des Croix de Feu, ce n'est pas la meilleure, il en a écrit bien d'autres qui n'ont pas laissé beaucoup de traces.


Alfred Dambrine, dans la revue Paris qui chante, en 1904
collection perssonnelle


Il est né le 29 mars 1887 à Saint Germain en Laye. Il est le fils d'Alfred Lucien, artiste lyrique et dramatique qui se produit dans les théâtres de France avec son épouse Emilie Malard. Emilie est une enfant de la balle, elle est la fille d'Emile Adolphe, comédien reconnu, 1er accessit du Conservatoire de Paris en 1860 et qui, d'après Henry Lyonnet, dans son dictionnaire des Comédiens, "donnait les plus belles espérances au sortir du Conservatoire où on l'opposait à Coquelin aîné", son épouse, Virginie Malardhié est aussi artiste dramatique. Marcel n'a pas connu sa grand-mère maternelle, elle est décédée depuis six ans quand il est né. Son grand-père paternel, Aimé Zéphire Dambrine, négociant en vins et conseiller municipal de Saint Germain en Laye, est originaire du Pas de Calais, de Gouy en Artois précisément, où il est né en 1836.




Le fantaisiste, chanteur, comédien, imitateur, transformiste, magicien, ventriloque, etc. 
Marc-Brynn'
collection personnelle

Fils d'artiste, petit-fils d'artiste, Marcel suit la ligne familiale et quand il s'engage en 1914, il a sans doute déjà un passé d'artiste bien fourni. Dans les tranchées du Pas de Calais, il écrit et compose des chansons patriotiques, le Père Laguerre, Les Vieux Poilus, etc. et se surnomme Le Poilu-Chansonnier sur les petits formats qu'ils propose à la vente, 1 franc, ou 2 fr. 50 le grand format. En 1915 il est blessé à Neuville Saint Vaast, ce qui lui sauve peut-être la vie, étant mutilé il échappe désormais aux combats.
Son premier mariage en 1911, à Marseille avec Henriette Blanquet, ne résiste pas à la guerre. Il se remarie à Enghien les Bains en 1918 avec Germaine Blanchard, le couple divorce en décembre 1929.
Au début des années 1920, à Vichy, il dirige le Ciné-Théâtre Dambrine situé 8 rue Jean Jaurès, dans l'Hostellerie du Bon Vieux Temps, et dont la devise était Voyez chaque spectacle avant de voir le nôtre. Car après l'avoir vu… vous n'en voudrez plus d'autres…

On le retrouve à Toulouse à la fin des années vingt où il crée le cabaret, Les Oies du Capitole, avec une jeune chanteuse, Micheline Hetty (alias Jeanne Henriette Michel) qui deviendra son épouse en février 1931. Micheline est aussi une artiste, soprano de l'opéra-comique et 1er prix du Conservatoire de Toulouse. Peu après leur mariage le couple quitte Toulouse pour Lille. En 1932 Marcel est co-auteur, avec Léopold Simons, de la revue Radio P.T.T. Nord, transmise depuis l'hippodrome lillois, au cours d'une émission publique organisée à l'occasion de l'inscription du 15.000e membre de l'Association de Radiophonie du Nord. Au programme de la première partie on retrouve les vedettes locales : l'accordéoniste V. Marceau, le fantaisiste Bertal et Line Dariel, suivis d'une opérette-féérie-prologue en un acte, Muguette ou la Dernière des Fées, de et par Marcel Dambrine et son épouse. La deuxième partie est consacrée à la Revue, signée de Pierre Manaut, Léopold Simons et Marcel Dambrine. Durant son séjour lillois il a l'occasion d'écrire d'autres œuvres, comme cette Chanson officieuse de la corporation des agents de change de Lille qui cite une trentaine de ses membres ! A Lille Marcel exerce la profession de directeur artistique d'une agence de spectacle située 24 rue Neuve.



Marcel Dambrine et Micheline Hetty
collection personnelle

Dans les années 1930, Marcel Dambrine participe à de nombreuses tournées dans les colonies françaises. En novembre 1936 il est à Madagascar, il se produit à Antsira, Ambositra, Fianarantsioa, Mananjary, Ambohimahosoa, Tananarice, Moramaga, Tamatave, Diégo-Suarez, Majunga, Morovoay et Maevatanana. De 1939 à 1942 il est en Indochine, à Saigon, Hué puis Hanoi où il est professeur aux l'Ecoles Normales. Ensuite il s'établit à Chi-Hoa où il exploite une ferme, rue de l'église. Fait prisonnier par l'armée japonaise, il est interné dans un camp de concentration. Rapatrié sur le  cuirassé Richelieu, il est hébergé à Alger jusqu'en 1946. Il s'installe ensuite à Oujda (Maroc) où il prépare ses tournées de Théâtre de Marionnettes.

source : Leonore


De 1947 à 1955 il est domicilié à Saïdia du Kiss au Maroc, vivant en concubinage avec Germaine Poyen, parisienne née en 1912. Il y dirige "le premier Casino du Maroc… quand on vient d'Algérie". Pendant son séjour au Maroc il est fait chevalier de la Légion d'Honneur. En 1955 il doit s'enfuir du Maroc. En 1958 il est domicilié à Paris 151 rue de Belleville, puis on le retrouve à Gouy en Artois, berceau de sa famille, à la fin de la même année. Il meurt en 1962 à Ravières (Yonne).

Christian Declerck

*****

Catalogue des œuvres de Marcel Dambrine :

- Ah ! qu'est-ce que t'attends ?, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Amour, amour ! quand tu nous tiens, paroles de M. Dambrine, musique de Saint-Servan
- L'attaque de nuit, poème
- Ça c'est l'amour ! chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- C'est en chantant, paroles de M. Dambrine, musique de Saint-Servan
- C'est si doux d'aimer, valse chantée, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Darcaigne
- Chanson officieuse de la corporation des agents de change de Lille, air : Les Gars de la Marine
- Chant du 160e d'infanterie, paroles et musique de M. Dambrine
- Les croix de feu, chanson marche officielle de l'association des décorés au péril de leur vie, paroles et musique de M. Dambrine
- Daisy, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Le Déserteur, monologue
- Dolly, chanson dramatique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Le dragon, chant patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Darcaigne
- En convalo, opérette en un acte, livret de Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Frisson de bambou, idylle Anamite, paroles et musique de M. Dambrine
- Hé… Enfin !, chanson, paroles et musique de M. Dambrine
- Henriette, chansonnette comique, simple historiette d'amour et de guerre, composée, écrite et chantée dans les tranchées de première ligne de Notre-Dame de Lorette, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Jack, blue jacket, chanson des matelots anglais, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Les J. P. P., souvenir d'Artois 1915, composé dans les tranchées, paroles et musique de M. Dambrine
- Kultur !!!, comédie dramatique en un acte, livret de Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- La lettre, diction patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Maimaine, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Maria, chansonette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- M. le Curé… marraine !, comédie en un acte de M. Dambrine
- Mon cœur est plein d'humour, saynète
- Mon jardin secret, extrait de l'opérette Muguette ou la dernière des fées, paroles musique de M. Dambrine
- N'y comptez pas, chanson patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Notre casque, écrit à l'hôpital février 1917
- Nous tiendrons jusqu'au bout !, chant patriotique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Les pauv's auxis, chansonnette sociale, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Darcaigne
- Père Laguerre, paroles musique de M. Dambrine
- Le Père Mathieu à Paris, monologue comique paysan
- Poème des culs-terreux, saynète, extrait de la comédie vaudeville en un acte Madru millionnaire de M. Dambrine
- Première vision, assaut de la Chapelle Notre-Dame de Lorette le 3 novembre 1914
- La route blanche, bois de Bouvignies près de Lens, novembre 1914, paroles de M. Dambrine, musique de Saint-Servan
- Tommy, chansonnette comique anglaise, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Les trois matelots, légende (presque) bretonne, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Louis Bas
- Une infirmière, chansonnette comique, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan
- Le vieux marchand de chansons, scène dramatique, monologue
- Les vieux poilus, chant du 360e d'infanterie, paroles et musique de M. Dambrine
- Yvonnec, chanson bretonne, paroles de M. Dambrine, musique de M. Dambrine et Saint-Servan